Index News Contacts Livre d'Or Liens Crédits

Août 2013

 

Robert Stolz - Musique de la réconciliation

En 2009, la société de production « Wunderlich Medien » (Barbara et Wolfgang Wunderlich sont les enfants du ténor Fritz Wunderlich) réalisait un documentaire sur Robert Stolz. Ce documentaire d'environ une heure retrace la vie de Robert Stolz, compositeur, chef d'orchestre et homme de son époque. Des extraits de films, des archives privées, des interviews de Renate Holm, Martha Eggerth, Udo Jürgens, Max Raabe, Mme Clarissa Henry, ... ponctuent ce documentaire.

« Le compositeur et chef autrichien Robert Stolz (1880-1975) était considéré comme le dernier maître de l'opérette viennoise. Dans les années 1930, il est devenu une star. Les nazis ont essayé à plusieurs reprises d'exploiter ce statut. En 1941, ses biens furent confisqués et Robert Stolz perdit sa nationalité.

Après son exil américain, Robert Stolz retourne à Vienne en 1946. Il effectue de nombreux concerts et cimente sa réputation de porte-flambeau de l'opérette viennoise. Au début des années 1960, lors de son premier voyage en Israël, il est fier d'avoir présenté sa musique en langue allemande. Il a brisé ainsi un tabou et la glace avec le public: beaucoup de personnes dans le public ont été émues aux larmes, car elles avaient de nouveau trouvé leur identité précédente à travers les textes des chansons viennoises.

Le film "Robert Stolz - Musique de la réconciliation" raconte l'histoire émouvante d'un artiste qui a contribué par son amour de la musique et son courage sans précédent à guérir les blessures de toute une génération.
... »

Il est très souvent diffusé par les différentes télévisions d'Allemagne, d'Autriche mais également en Pologne et en Suisse comme ce 18 août.

horizontal rule

Critiques CD (suite)

Piotr Beczala - Mein ganzes Herz - DGG 0289 479 1399

Pochette Polonaise DGG de Mein ganzes HerzLe premier CD DGG du ténor Piotr Beczala fait l'objet d'une version spécifique pour le marché polonais. Pochette en langue polonaise mais aussi en bonus « Brunetki, blondynki » de Robert Stolz très célèbre et populaire dans ce pays depuis un certain Jan Kiepura.

Critique Amazon France

« Richard Tauber (1891-1948) était un ténor autrichien surtout connu pour ses interprétations d'opérettes de Franz Lehar dont il était un ardent défenseur, l'ami et le chanteur fétiche de celui qui composa sur mesure Frasquita, d'après le roman La Femme et le pantin de Pierre Louÿs et des airs baptisés « Tauberlieder ». Le ténor polonais Piotr Beczala qui est l'une des étoiles montantes de l'opéra connaît ses lettres et lui rend hommage à travers un splendide récital de dix-huit morceaux.

La voix ample de Piotr Beczala est toute désignée pour exploiter le répertoire du ténor au monocle qui incluait également des interprétations d'Emmerich Kalman, Robert Stolz, Rudolf Sieczynski, Carl Böhm ou de lui-même puisque Richard Tauber avait les moyens de composer des opérettes et des musiques de films. Enregistré à Londres en octobre 2012 sous la baguette de Lukasz Borowicz du Royal Philharmonic Orchestra, Heart's Delight (Mein Ganzes Herz en germain) propose par deux fois, en anglais puis en allemand, le thème principal du Pays du sourire (Das Land des Lächelns, 1929) auquel le récital donne son titre. Richard Tauber qui avait tous les dons en fit même un film. Le compositeur de La Veuve joyeuse (1905) est également représenté par l'un de ses plus fameux airs, le duo « Lippen schweigen » (« Heure exquise ») interprété avec rien moins qu'Anna Netrebko et deux autres mélodies tirées du Prince étudiant (« Girls Were Made To Love And Kiss ») et de Giuditta (« Freunde, das Leben ist Lebenswert »).

On l'aura compris, l'aspect cosmopolite entre les airs chantés en anglais ou en allemand, voire en italien comme c'est le cas de « O mia bella Napoli » signé Robert Stolz (avec Avi Avital à la mandoline), fait partie du concept international du récital dont les autres grands moments comprennent le vaillant « Ob blond, ob braun, ich liebe alle Frau'n » (Stolz, représenté par cinq fois) et les deux airs de Gräfin Mariza (1924) d'Emmerich Kalman dont l'exotique « Komm, Zigany ». Le projet de raviver ces airs au parfum de désuetude est pour le moins insolite mais après tout, Roberto Alagna n'a-t-il pas chanté Luis Mariano et Joseph Calleja, Mario Lanza ? En entrant dans les pas d'un chanteur de légende, Piotr Beczala qui s'autorise un duo virtuel sur « Du bist die Welt für mich » parvient à séduire sans tomber dans la carte postale kitsch.
»

Loïc Picaud - Copyright 2013 Music Story.

Critique France TV INFO (2 juillet 2013)

 

« Triple actualité pour le ténor polonais Piotr Beczala : un superbe « Requiem » de Verdi à l’Opéra Bastille, un DVD de son récent « Rigoletto » au MET de New-York et surtout une merveille de CD consacré à l’opérette viennoise.

 

Honte à moi de ne pas avoir cité Piotr Beczala (voir mon article sur Joseph Calleja) parmi les meilleurs ténors actuels! Il le mérite. Son CD, « L’art de Richard Tauber » rend d’abord hommage à ce magnifique chanteur des années 1920-1930, un des préférés des Viennois, qui chantait divinement Mozart et Richard Strauss et interprètera plus de 700 fois « Le pays du sourire » écrit pour lui par Franz Lehar. Lors de l’Anschluss Tauber s’exile à Londres où il meurt en 1948.

L’hommage de Beczala commence par le fameux air « Je t’ai donné mon cœur » (superbe en allemand, plus exotique en anglais !) suivi de « Vienne, ville de mes rêves ». Merveilleuse promenade dans un répertoire mal connu chez nous en dehors des grands standards (« La veuve joyeuse », avec une Anna Netrebko improbable et toujours aussi fâchée avec la prononciation).


Son timbre est splendide


Beczala est puissant dans « J’aime toutes les femmes » de Robert Stolz (ce grand chef des valses de Strauss qui était aussi un délicieux compositeur), mélancolique dans « Still wie die Nacht », héroïque dans «Le prince étudiant » de Romberg, lyrique, tendre (Je baise votre main, Madame » de Ralph Erwin), séducteur et toujours attentif à trouver les justes couleurs de chaque air alors que tant d’autres se contenteraient d’apposer un label «opérette viennoise » sur leur chant sans regarder la variété d’inspiration qu’elle recouvre. Et son timbre est splendide, qui va si bien à cette musique de nostalgie et de crème fouettée.
.. »

horizontal rule

Peter Minich

Anneliese Rothenberger et Peter MinichLe ténor Peter Minich est décédé d’une pneumonie le 29 juillet à Vienne.

Né à St. Pölten en 1927, il fait ses études musicales au Conservatoire Franz Schubert à Vienne et commence sa carrière au Burgtheater. De 1951 à 1953, on le retrouve au Stadttheater de sa ville natale où il est découvert par Marcel Prawy. Après des apparitions au Stadttheater de St. Gallen, à Graz, puis au Raimund Theater de Vienne, il devient membre du Volksoper de Vienne en 1960. En 1964, il est dans la distribution lors de création de la Parade de Printemps de Robert Stolz.

Au Volksoper de Vienne, il chante les rôles de ténor classique dans les opérettes de Carl Millöcker, Johann Strauß , Franz Lehár, Carl Zeller et Emmerich Kálmán et de Robert Stolz (Deux cœurs, Une valse - 1975).

A partir de 1980, il se tourne vers des rôles de caractère. Il interprète le rôle du colonel Ollendorff dans Der Bettelstudent ou de l'empereur François-Joseph dans l’Auberge du Cheval Blanc.

Entre 2005 et 2009, son dernier rôle au Volksoper de Vienne sera celui de l’empereur Altoum dans Turandot de Giacomo Puccini. Au total, il aura assuré 3000 représentations dans 47 rôles avec 39 premières à son actif !

En dehors du Volksoper de Vienne, on le retrouve dans des rôles parlants comme en 2000 dans celui du Prince Ypsheim-Gindelbach (Sang viennois), en 2001 ("Donna" dans Il Campiello de Carlo Goldoni) et au Stadttheater de Baden (2005, l'empereur François-Joseph dans la Parade de Printemps de Robert Stolz).

Il était marié à l'actrice et chanteuse Guggi Lowinger. Il a enregistré avec elle de nombreux disques dont la Parade de Printemps sous la direction de Robert Stolz (BMG – Eurodisc).

horizontal rule

Quelques annonces

Frühjahrsparade

A Murau (Autriche), représentations de la Parade de Printemps entre le 14 et le 29 septembre 2013.

Gala der jungen Stimmen

Ce 15 août, à Graz, Gala des jeunes voix.

Au programme :

bulletFrühjahrparademarsch - R. Stolz
Orchestre du festival sous la direction de Kim Jinyoung
bulletDer Hölle Rache - W. A. Mozart
Shirin Asgari
bulletFinchhan dal vino - D. Giovanni
Sandro Ostrovski
bulletLippen schweigen - F. Lehar
Maria Kublashvili und Sandro Ostrovski
bulletRomeo et Juliette - Ch. Gounod
Nasrin Rossmann
bulletSequidilla - G. Bizet
Julia Wiszniewski et Roman Pichler
bulletBarcarolle - J. Offenbach
Natela Nicoli
bulletHabanera - G. Bizet
Natela Nicoli
bulletAuf der Heide blüht die letzte Rosen - R. Stolz
Toni Maier
bulletDein ist mein ganzes Herz - F. Lehar
Roman Pichler
bulletDu sollst der Kaiser meiner Seele sein - R. Stolz
Nasrin Rossmann
bulletNessun Dorma - Turandot - G. Puccini
Sebastian Fuchsberger
bulletBrindisi - G. Verdi
Ensemble.

Eté 2014, le Festival de l'opérette du Schloßberg à Graz annonce la Parade de Printemps de Robert Stolz. A suivre...

Zwei Herzen im Dreivierteltakt

La direction du Stadttheater de Baden (au sud de Vienne) vient de présenter sa programmation pour la saison 2013/2014. Le 15 février 2014, Première de l'opérette de Robert Stolz. Au moins 13 représentations entre février et mars sous la direction musicale d'Oliver Ostermann, et dans une mise en scène d'Alexandra Frankmann.

Wiener Philharmoniker - Chamber Music Recitals

A Vienne, le 15 février 2014, dans la salle Gustav Malher de l'Opéra : Œuvres d'Oscar Straus, Alfred Grünfeld, Leo Fall, Emmerich Kálmán, Edmund Eysler, Franz Lehár, Paul Abraham, Robert Stolz.

Avec Daniel Froschauer, Domonik Hellsberg, violon – Robert Bauerstatter, alto – Stefan Gartmayer, violoncelle – Heinz Hromada, contre-guitare – Florian Michlbauer, accordéon – Andreas Wieser, clarinette – Herbert Lippert, ténor.

Von Johann Strauß bis Robert Stolz

Dimanche 9 mars 2014, à Hambourg, Walter Gehlert présente le Gala annuel de l'opérette avec la Philharmonie de Hambourg.

Les plus belles mélodies, valses, mélodies, refrains de Johann Strauß, Franz Lehár, Emmerich Kálmán, Franz von Suppe et Robert Stolz.

horizontal rule

Pour davantage d'informations, contactez :

Société Internationale Robert STOLZ
19, rue de Ville d'Avray F-92310 SEVRES
Tél : 33.(0)1.46.23.16.20
Télécopie :
Internet :
robert.stolz@free.fr

horizontal rule

Remonter Mars 2017 Février 2017 Janvier 2017 Novembre 2016 Septembre 2016 Août 2016 Mai 2016 Avril 2016 Mars 2016 Février 2016 Janvier 2016 Décembre 2015 Octobre 2015 Août 2015 Juin 2015 Mai 2015 Avril 2015 Mars 2015 Janvier 2015 Décembre 2014 Novembre 2014 Octobre 2014 Septembre 2014 Août 2014 Juillet 2014 Juin 2014 Mai 2014 Avril 2014 Mars 2014 Février 2014 Janvier 2014 Décembre 2013 Octobre 2013 Septembre 2013 Août 2013 Novembre 2000 Automne 1999