Index News Contacts Livre d'Or Liens Crédits

Février 2017

 

Nicolaï Gedda

Nicolaï Gedda, est décédé le 8 janvier dernier dans sa maison de Tolochenaz, près de Lausanne, quelques jours après Georges Prêtre.

L’annonce vient d’être faite par sa famille un mois plus tard. Il laisse derrière lui plus de 200 enregistrements. Il avait à son actif quelques 70 rôles couvrant un large répertoire, de Lully à Puccini, de Delibes à Janacek, en passant par l’opérette (Lehár, Stolz, Strauß, Kalman, Offenbach, …).

Né le 11 juillet 1925 à Stockholm dans une famille d’émigrés russes, Harry Gustaf Nikolaï Gädda, abandonné à la naissance, est élevé par sa tante Olga Gädda et son mari, Mikhail Ustinoff.

Sa formation de chanteur commence auprès de son père adoptif, cantor à l’église orthodoxe, se poursuivra avec l’éminent wagnérien, Carl Martin Oehmann. Grâce au Prix Kristina Nilsson, il est accepté en 1950 comme auditeur libre à l’Académie royale de musique de Stockholm.

Il fait ses débuts dans Le postillon de Longjumeau d’Adam à l’opéra de Stockholm, le 8 avril 1952. Il signe alors un contrat avec le producteur Walter Legge. En 1953, il chante à La Scala de Milan le rôle d’Ottavio dans le Don Giovanni, de Mozart.

La suite ? l’opéra de Paris pour Oberon, Les Indes galantes, Covent Garden de Londres pour Rigoletto, le Festival d’Aix-en-Provence en 1954 pour l’enlèvement au sérail et Mireille. A Vienne, il sera Don José.

1957 : participation au Festival de Salzbourg (L’enlèvement au sérail), puis le Metropolitan Opera de New York (Faust, de Gounod). Il va s’y produire jusqu’en 1983.

A Paris, il chante le grand répertoire italien (La Traviata et Rigoletto) et l’opéra français (Les Contes d’Hoffmann dans une mise en scène par Patrice Chéreau, Faust de Gounod par Jorge Lavelli). Il enregistre Carmen, Lakmé, Les Pêcheurs de perles.

En même temps, dans les pays germaniques, il devient une vedette très populaire de l’opérette viennoise. Il enregistre de nombreux airs d’opérettes. En 1969, il consacre, pour le label EMI Electrola, un album complet à des airs de Robert Stolz. Toujours cette même année, Il participe au double album « Das Grosse Gala-Konzert Der Weltstars » pour marquer le 90ème anniversaire du compositeur, en 1970, dans des duos avec Anneliese Rothenberger.

Ensuite, Nicolaï Gedda chante aussi des oratorios, donne des récitals de Lieder, étend son répertoire: Les Troyens de Berlioz (Rome, 1969), Le Prophète de Meyerbeer (Turin, 1970), les Huguenots, et Guillaume Tell…

 

« Nicolai GEDDA singt Robert STOLZ » - EMI Electrola SHZE 335.

[1] - Ich Liebe die Welt (Lied) (Robert Stolz/Werner Bifar).

[2] - Du, Du, Du, Schließ Deine Augen zu (de l'opérette « Wenn die kleinen Veilchen blühen ») (Robert Stolz/Bruno Hardt-Warden).

[3] - Ich sing' mein Lied Heut' nur für Dich! (du film « Mein Herz ruft nach Dir » (Robert Stolz/Ernst Marischka).

[4] - Das Lied ist Aus (Frag' nicht, warum ich gehe) (Robert Stolz/Walter Reisch et Armin L. Robinson).

[5] - Ich bin verliebt in meine eigene Frau (de l'opérette « Tanzgräfin ») (Robert Stolz/Robert Stolz).

[6] - Arrivederci, Bella Italia! (Lied) (Robert Stolz/Robert Gilbert).

[7] - Ob Blond, Ob Braun, Ich Liebe alle Frau'n! (du film « Ich liebe alle Frau'n ») (Robert Stolz/Ernst Marischka).

[8] - Mein Herz ruft immer nur nach Dir (du film « Mein Herz ruft nach Dir ») (Robert Stolz/Ernst Marischka)

[9] - Ich Liebe Dich! (du film « Zauber der Boheme ») (Robert Stolz/Ernst Marischka)

[10] - In Wien hab' Ich einmal ein Mädel geliebt (Wienerlied) (Robert Stolz/Fritz Rotter).

[11] - Schenk' mir Dein Herz Heute Nacht (du film « Ich liebe alle Frau’n ») (Robert Stolz/Ernst Marischka).

[12] - Servus Du! (Chanson de « Drei von der Donau ») (Robert Stolz/Bruno Vigny).

 

Nicolai Gedda, ténor,

Symphonie-Orchester Graunke,

Direction: Robert Stolz.

« Robert Stolz zum 90. Geburtstag - Das Grosse Gala-Konzert Der Weltstars » - EMI 1C188-28056/57.

Zwei Herzen im Dreivierteltakt (du film et de l’opérette « Zwei Herzen im Dreivierteltakt ») (Robert Stolz/W. Reisch & Armin L. Robinson).

Du bist auf dieser Welt (de l’opérette « Frühling im Prater ») (Robert Stolz/Ernst Marischka).

 

Nicolai Gedda, ténor,

Anneliese Rothenberger, soprano,

Symphonie-Orchester Graunke,

Direction: Robert Stolz.

 

Ces différents enregistrements sont disponibles en CD, dans les double-albums « Best loved Melodies » volumes 1 & 2 publiés par EMI Classics.

« Ich liebe dich »« Ich sing mein Lied heut' nur für dich »
  
« Ich liebe die Welt »« Du, du, du, schließ deine Augen zu »
  
« Schenk mir dein Herz heute nacht »« Ich bin verliebt in meine eigene Frau »
  
« Servus Du »« Zwei Herzen im Dreivierteltakt »
  
 

horizontal rule

Pour davantage d'informations, contactez :

Société Internationale Robert STOLZ
19, rue de Ville d'Avray F-92310 SEVRES
Tél : 33.(0)1.46.23.16.20
Internet :
robert.stolz@free.fr

horizontal rule

Remonter Juillet 2017 Mai 2017 Mars 2017 Février 2017 Janvier 2017 Novembre 2016 Septembre 2016 Août 2016 Mai 2016 Avril 2016 Mars 2016 Février 2016 Janvier 2016 Décembre 2015 Octobre 2015 Août 2015 Juin 2015 Mai 2015 Avril 2015 Mars 2015 Janvier 2015 Décembre 2014 Novembre 2014 Octobre 2014 Septembre 2014 Août 2014 Juillet 2014 Juin 2014 Mai 2014 Avril 2014 Mars 2014 Février 2014 Janvier 2014 Décembre 2013 Octobre 2013 Septembre 2013 Août 2013 Novembre 2000 Automne 1999