Index News Contacts Livre d'Or Liens Crédits

1er semestre 2010

 

 Principales informations regroupées de janvier à juin 2010.

horizontal rule

Adieu, Remix

 

horizontal rule

Anneliese Rothenberger

La soprano Anneliese Rothenberger est décédée ce 23 mai à l'hôpital cantonal de Münsterlingen (nord de la Suisse). L'annonce a été faite par le porte-parole de la famille du comte Bernadotte, proches de l'artiste.

Agée de 83 ans, Mme Rothenberger est morte à la suite d'une brève maladie.

Après avoir étudié le chant à la Musikhochschule de Mannheim (ouest de l'Allemagne), où elle est née, sa carrière démarre après la Deuxième guerre mondiale, mêlant apparitions radiophoniques et collaborations avec des institutions prestigieuses comme l'Opéra d'État de Vienne ou le Festival de Salzbourg.

Dans les années 1960, elle se produit également dans de hauts-lieux de l'art lyrique que sont La Scala de Milan ou le Metropolitan Opera de New York.

Réputée pour ses interprétations de Mozart et de Richard Strauss, entre autres, elle était très populaire en Allemagne et en Autriche grâce à ses films musicaux, ses fréquentes apparitions à la télévision et ses nombreux disques. Signalons les liens forts entre Anneliese Rothenberger et Robert Stolz. Elle a enregistré de nombreux disques pour EMI dans les années 60-70 aux côtés de Nicolai Gedda, ou de Herman Prey. On lui doit aussi une version des «  Blumenlieder » (version 1972 avec orchestre) pour BASF. En 1969, elle présente le concert de Gala en direct de la Philharmonie de Berlin à l'occasion des 90 ans du compositeur. Dix ans plus tard, elle participe également au grand show de la ZDF, «  Danke Robert Stolz », diffusé en 1980 pour marquer le centenaire du compositeur. Elle y racontait une anecdote concernant Robert Stolz. Le compositeur lui conseillait de boire un verre blanc (de Grinzing) pour rester en forme afin de continuer à interpréter ses mélodies. En 2009, elle était interviewée pour le documentaire TV de Thomas Voigt et Wolfgang Wunderlich consacré à Robert Stolz : «  Musik der Versöhnung ».

 

horizontal rule

Parutions CD

Traumland der Operette - Raritäten (Volume 3)

Référence: Membran 233002

Anneliese Rothenberger, Rupert Glawitsch, Franz Fehringer, Erika Köth, Rudolf Schock,Colette Lorand, Kurt Wehofschitz, Fritz Wunderlich, Gretl Schörg, Gerhard Wendland, Anny Schlemm, Arno Assmann, René Carol, Lore Lorentz, Peter René Körner, Ursula Kerp, Franz Fehringer, Udo Vietz, Anneliese Rothenberger, Melanie Holliday, René Kollo, Fred Bertelmann, Renate Holm Herbert Ernst Groh, Peter Alexander, Willy Schneider, Willy Hofmann, Albert Weikenmeier, Richard Holm, Valerie Bak, Elisabeth de Freitas, Ingeborg Hallstein, René Kollo, Julia Migenes, Elisabeth Glauser, Christine Görner, Otto Albrecht, Ilse Hollweg, Kurt Schiebener, Georg Hann, Maria Mucke, Peter René Körner, Benno Kusche, Heinz Hoppe, Karl Otto, Ferry Gruber, Käthe Möller-Siepermann

Kölner Rundfunkchor, Kölner Tanz- und Unterhaltungsorchester, Hamburger Rundfunkorchester, Kölner Rundfunkorchester, Münchner Rundfunkorchester, Das kleine Rundfunkorchester des SWF, Großes Wiener Rundfunkorchester, Radio-Orchester Stuttgart, Das große Unterhaltungsorchester des Nordwestdeutschen  Rundfunks, Hamburg, Radio-Orchester Berlin, Großes Rundfunkorchester Berlin

Direction : Franz Marszalek, Fritz Mareczek, Wilhelm Stephan, Werner Schmidt-Boelcke, Willi Stech, Heinz Geese, Robert Stolz, Wolfgang Ebert, Curt Cremer, Fried Walter.

CD1

 

[1] - Schön ist diese Abendstunde de « Lump mit Herz » (Carste)

[11] - Du darfst alles de « Mädi » (Stolz)

[2] - Ein Glaserl Wein de « Das Hollandweibchen » (Kálmán)

[12] - Ein sonderbares Prickeln de « Katja, die Tänzerin » (Gilbert)

[3] - In meinem kleinen Boudoire de « Der Orlow » (Granichstaedten)

[13] - Muss denn gleich geheirat’ sein de « Mädi » (Stolz)

[4] - Schöne Ninon de « Das Veilchen vom Montmartre » (Kálmán)

[14] - Wenn zwei sich lieben de « Der Rastelbinder » (Lehár)

[5] - Was wär’ das Leben de « Der Tenor der Herzogin » (Künneke)

[15] - Musikant, wo ist deine Heimat de « Venus in Seide » (Stolz)

[6] - Ihr schönen Frau’n de « Der Kurier der Königin » (Dostal)

[16] - Ich träume mit offenen Augen de « Die lockende Flamme » (Künneke)

[7] - Eine weiche Frauenhand de « Die Teresina » (Straus)

[17] - Schwipsduett de « Das Glücksrezept » (Stolz)

[8] - Nur die elegante Frau gefällt dem Mann de « Liselott » (Künneke)

[18] - Drüben in der Heimat de « Glückliche Reise » (Künneke)

[9] - So war’s bei den Germanen de « Die lustigen Nibelungen » (Straus)

[19] - Das Leben wirklich spaßig ist (Schneiderlied) de « Die Försterchristel » (Jarno)

[10] - Sanft wie ein Täubchen de « Lamparilla » (Barbieri)

[20] - Ein’ Seemann nenn’ ich mich de « Die Geisha » (Jones)

     

CD2

 

[1] - Spieglein, Spieglein, in meiner Hand de « Der Soldat der Marie » (Ascher)

[11] - So sind die jungen Leute de « Gasparone » (Millöcker)

[2] - Holdes, berauschendes Bild de « Kaiserin Josephine » (Kálmán)

[12] - Die Glocken läuten hell und rein de « Boccaccio » (Suppé)

[3] - Ja, ja, wir Bonapartes de « Die Teresina » (Straus)

[13] - Immer wenn zwei sich gerne mögen de « Katja, die Tänzerin » (Gilbert)

[4] - Ich hab’ einen Mann, der mich liebt de « Ball im Savoy » (Abraham)

[14] - Wie die Chroniken vermelden de « Jabuka, oder Das Apfelfest » (Strauß)

[5] - Einen Sommer lang de « Das kleine Hofkonzert » (Nick)

[15] - Maskenzug und Studentenszene  de « Fantasio » (Offenbach)

[6] - Du Veilchen vom Montmartre de « Das Veilchen vom Montmartre » (Kálmán)

[16] - Zum Tanze stellet euch an de « Rosina » (Genée, Bearb.: W. Ebert)

[7] - Heut’ hab’ ich ein Schwipserl de « Die Blume von Hawaii » (Abraham)

[17] - Jägerlied (Den Rucksack am Buckel) de « Die beiden Liesel » (Clarmann)

[8] - Hab’ ein blaues Himmelbett de « Frasquita » (Lehár)

[18] - Nicht zu schnell und nicht zu langsam de « Brüderlein fein » (Fall)

[9] - Im heimlichen Dämmer / Wär’ es auch nichts als ein Augenblick de « Eva » (Lehár)

[19] - Im Prater da hab’ ich ein Mäderl geseh’n de « Flieder aus Wien » (Raymond)

[10] - Sowas wie dich de « Bozena » (Straus)

[20] - Es gibt auf Erden weit und breit de « Flieder aus Wien » (Raymond)

horizontal rule

Der Zigeunerbaron (Bonus: Der Vogelhändler - extraits)

Référence: Membran 232992

Kurt Böhme, Hans Hopf, Alfred Poell, Hilde Rössel-Majdan, Gertraud Hopf, Elisabeth Hölzl, Liselotte Maikl,

Chœur de la radio autrichienne,

Grand orchestre de la radio autrichienne – Vienne,

Direction : Robert Stolz.

 

Anneliese Rothenberger, Peter Anders, Willy Hofmann Anny Schlemm, Friedrich Himmelmann,

Cornel-Trio Trio, Sunshine-Quartett,

Chœur mixte et grand orchestre d’opérette de la SWR,

Direction : Franz Marszalek.

 

Concernant «  Zigeunerbaron », depuis début 2006, c’est le troisième label qui propose cette version de l’opérette de Johann Strauß sous la direction de Robert Stolz datant de 1955. Ce double-CD est complété, par contre, par des extraits de «  Der Vogelhändler » de Carl Zeller.

horizontal rule

« Der Zigeunerbaron »

Il s'agit du même enregistrement déjà publié au début 2006 sous le label Walhall.

Alfred Poell (Count Homonay), Richard Eybner (Carnero), Gertraud Hopf (Saffi), Hans Hopf (Barinkay), Kurt Böhme (Kolman Zsupan), Liselotte Maikl (Arsena), Elisabeth Hölzl (Mirabella) & Hilde Rössel-Majdan (Czipra).

Chœur de la Radio Autrichienne

Orchestre de la Radio Autrichienne de Vienne

Direction : Robert STOLZ

 

Référence : Line

horizontal rule

« Mädi / Trauminsel »

Publié à l’origine en LP chez AMADEO puis repris dans le catalogue de BASF, ces larges extraits de l’Ile de Rêve (« Trauminsel ») créée lors du Festival de Bregenz sur le lac de Constance le 21 juillet 1962, avaient été repris en CD en 1988 par Reader’Digest  pour le CD « Um die Welt mit Robert Stolz und Strauss » mais de façon incomplète pour tenir sur un seul CD consacré à Robert Stolz, compositeur et chef d’orchestre. Il manquait notamment  l’air « Leicht ist Die Jacke ». (« Vivre en ma guise ») ce qui est encore malheureusement le cas sur ce double CD !

Robert Stolz - Mädi + Trauminsel (2 CD)Cet enregistrement proposé par la société « Hamburger Archiv für Gesangskunst » basée à Hambourg fait appel à la distribution originale constituée pour la création de l’œuvre lors du Festival.

La genèse de cette œuvre remonte à 1942. Robert Stolz est alors aux Etats-Unis. Il travaille à une comédie musicale « Colorado Story ». Celle-ci ne sera jamais achevée. La matière est reprise à nouveau sous différentes formes : la première pour « Madonna auf Capri » entre 1945 et 1946 à New York, puis dans une seconde mouture intitulée « Stop for Love toujours à New York pendant les mois de juillet et août 1949. Et enfin, pour Signorina, opus 712 (RSWV 967), achevée à Vienne en 1955. Cette opérette sera créée le 3 avril 1955 à Nuremberg.

Avec les mêmes librettistes (Per Schwenzen, Robert Gilbert), Robert Stolz retravaille partition et livret pour aboutir enfin à « Trauminsel ». La critique sera exceptionnelle. La revue américaine « Variety » salue le travail du compositeur, la qualité particulière des ballets (corps de ballet de l’opéra de Vienne) : « La combinaison parfaite des mélodies de Robert Stolz avec les rythmes mexicains donne à ce spectacle une atmosphère prenante et excitante ... Stolz prouve, une fois encore, qu'il est le maître de la musique de ballet en Europe. Son inspiration combinée à une expérience sans pareil, à une technique acquise au cours de sa vie, explique le niveau très élevé de la partition dans ce domaine particulier ... » (01.08.1962).

Cette œuvre n’a rien de viennoise. Il suffit de se pencher sur l’orchestration particulière faisant appel à des instruments typiques, d’écouter les rythmes latinos, … L’orchestre symphonique de Vienne swingue ! Et que dire des airs comme « Ich hab' mich tausendmal verliebt » repris il y a quelques années par Thomas Hampson pour son CD consacré à des airs d’opérettes (EMI).

[1] - Die Götter rufen (ballet)

[10] - Tarantella

[2] - Ah, Primavera (chœur de jeunes filles)

[11] - Hasta Manana (Lied de Ted)

[3] - Da kam einst ein junge aus Guadalajara (Duo Rubio-Ted)

[12] - Si Señor (Duo Marianella-Rubio)

[4] - Wenn die Sommersonne lacht (Marianella, Rubio, Donna Rosa, Inez, Ted & chœur)

[13] - Man nennt es Amor (Lied de Marianella)

[5] - Ich hab' mich tausendmal verliebt (Duo Rubio-Marianella)

[14] - Tief Ist der Ozean (Ballade du capitaine)

[6] - Männer, Männer, Männer (Chanson de Donna Rosa)

[15] - Zwei sind verliebt und Wissen's nicht (Duo Ted-Inez)

[7] - Weit her von Yukatan (Lied de Marianella)

[16] - Du kleines Fischerdorf (Lied de Ted)

[8] - Huapango (Duo Marianella-Rodrigo)

[17] - Hier im Dorf ist heute Hochzeit (Ensemble: Ted, Donna Rosa, Inez, Elvira & chœur)

[9] - Ich Schau' mich um und bleibe Stumm (Lied de Elvira)

[18] - Finale (Ted, Marianella, Rubio & chœur)

Fritz Hoppe (Capitaine, Rodrigo),

Hetty Plümacher (Donna Rosa),

Hilde Konetzni (Elvira),

Lydia Weiss (Inez),

Hedi Klug (Marianella),

Claudio Nicolai (Rubio),
Jean Cox (Ted Leroux),

Chœur du Festival de Bregenz,

Orchestre Symphonique de Vienne,

Direction : Robert Stolz.

L’autre opérette, mais cette fois dans sa version intégrale, a eu un parcours moins mouvementé. Il s’agit de « Mädi », opus 450 (RSWV 335) composée entre avril 1921 (Vienne) et février 1923 (Berlin). Elle fut d’ailleurs créée au Berliner Theater le 1er avril 1923.

Sur de nouveaux textes de Robert Gilbert, elle sera remaniée par le compositeur entre 1952 et 1953, opus 938 (RSWV 688). Elle intègre de nouveaux airs comme « Ich möcht' einmal wieder verliebt sein». Cette nouvelle version sera présentée le 9 avril 1953 au Stadttheater de Zürich.

Gretl Schörg (Mädi),

Hans Holt (Graf Anatol),

Peter René Körner (Aristid),

Lore Lorentz (Lo),

Otto Daue (Peter),

Hans Müller-Westernhagen (Fedor),

Willy Schneider (un chanteur de Lieder),

Orchestre de divertissement et de danse de la WDR Cologne,

Direction : Franz Marszalek.

 

En complément, Peter Anders, Hilde Güden, Jan Kiepura, Georg Hann, Richard Tauber, Karl Terkel et Fritz Wunderlich interprètent des airs de Robert Stolz.

 

Référence : HAG 30125

horizontal rule

« Blumenlieder »

Les Blumenlieder sont à nouveau à l'honneur avec un nouvel enregistrement. Une fois de plus la version originale a été préférée. Ce nouveau CD est disponible depuis ce mois de mars.

Nous le devons à la soprano Erika Majstor née à Vilnuis en Luitanie. Elle a commencé ses études à l'académie de musique de sa ville natale avant de rejoindre Weimar. Elle a complété sa formation à Copenhague puis à Vienne auprès du Professeur Julius Kalmar.

Un contrat avec le théâtre de Baden conduit Erika Majstor à s'établir à Vienne où elle vit et travaille désormais.

Des extraits de son enregistrement sont à votre disposition sur le site de Youtube ! Il peut être commandé directement via Ebay. Tous les renseignements et les liens sont sur le site de la soprano !

horizontal rule

Pour davantage d'informations, contactez :

Société Internationale Robert STOLZ
19, rue de Ville d'Avray F-92310 SEVRES
Tél : 33.(0)1.46.23.16.20
Internet : robert.stolz@free.fr

horizontal rule

Remonter 1er semestre 2013 2eme semestre 2012 1er semestre 2012 2eme semestre 2011 1er semestre 2011 2eme semestre 2010 1er semestre 2010 2eme semestre 2009 1er semestre 2009 2eme semestre 2008 1er semestre 2008 2ème semestre 2007 1er semestre 2007 2eme semestre 2006 2eme semestre 2005 1er semestre 2005 2eme semestre 2004 1er semestre 2004 2eme semestre 2003 1er semestre 2003 2eme semestre 2002 1er semestre 2002 2eme semestre 2001 1er semestre 2001 2eme semestre 2000 1er semestre 2000