Index News Contacts Livre d'Or Liens Crédits

Mars 2018

 

« Die Flucht der Dichter und Denker »

Wie Europas Künstler und Wissenschaftler den Nazis entkamen

« L’évasion (fuite) des poètes et des penseurs. Comment les artistes et les scientifiques européens ont échappé aux nazis ».

Ils étaient lauréats du prix Nobel, professeurs d'université, écrivains de renommée mondiale et chefs célèbres, juifs et chrétiens, politiciens et rédacteurs de journaux avec un destin commun: les nazis voulaient les assassiner.

En juin 1940, Thomas Mann à New York organisa une opération de sauvetage sans précédent pour les poètes et les penseurs persécutés en Europe. Avec beaucoup d'argent et une liste de 200 noms, le jeune et excentrique américain Varian Fry est envoyé à Lisbonne pour récupérer ces représentants de l'élite intellectuelle européenne.

Le 4 octobre, le dernier navire officiel, le "Nea Hellas" quitte Lisbonne pour New York ...

Parmi les réfugiés figurent Sigmund Freud, Stefan Zweig, Joseph Roth, Thomas, Heinrich, Golo et Erika Mann, Franz Werfel et son épouse Alma Mahler-Werfel. Alfred Polgar, Hermann Leopoldi, Ödön von Horvath, Anna Seghers, Robert Stolz, Friedrich Torberg, Karl Farkas, Billy Wilder, etc.

Herbert Lackner

Editions  Ueberreuter

ISBN 978-3-8000-7680-2

Parmi les nombreux articles publiés dans la presse allemande, autrichienne, cet article de Der Standard (extraits).

Quand l'élite spirituelle a couru pour leur vie (Hans Rauscher – 10 septembre 2017)

Dans « L’évasion des poètes et des penseurs », Herbert Lackner retrace comment l'intelligentsia germanophone a échappé aux nazis.

Pratiquement toute l'intelligence critique et artistique de presque tout le monde germanophone doit fuir pour échapper à l'arrestation, à la torture et à la mort. Pratiquement tous les dramaturges, romanciers, paroliers, artistes de cabaret, journalistes, publicistes, chroniqueurs, éditeurs, cinéastes, philosophes, peintres, mais aussi avocats, économistes, enseignants et professeurs d'université doivent partir. Sur des chemins aventureux, souvent d'un cheveu, ils échappent aux poursuivants et peuvent fuir en exil. Beaucoup, beaucoup ne peuvent pas.

Impensable aujourd'hui, non? C'était la réalité la plus brutale il y a presque 80 ans. Herbert Lackner, ancien rédacteur en chef du magazine Profil et journaliste historique renommé, décrit dans son nouveau livre Die Flucht der Dichter und Denker, « Comment les artistes et les scientifiques européens ont échappé aux nazis ».

"Procession des persécutés"

L'Histoire et les histoires sont largement connues. Après la défaite de la France, des dizaines d'intellectuels allemands et autrichiens, déjà exilés en France, s'enfuirent d'abord dans le sud de la France, puis en Espagne et au Portugal, devant l'avancée des troupes allemandes (SS et Gestapo). De là, avec un peu de chance aux États-Unis. Il y avait beaucoup d'Allemands et d'Autrichiens de confession juive parmi eux, mais pas seulement. "Compte tenu de cette procession de persécuteurs persécutés, il était clair que le catalogue des causes possibles de persécution couvrait l'ensemble de l'alphabet: d'un tel monarchiste autrichien à Z comme juif sioniste". (Arthur Koestler)

Les nazis ont chassé une grande partie de l'élite intellectuelle. Les noms ne sont plus aussi marquants qu'avant, mais restent des stars de la vie intellectuelle: les écrivains Heinrich Mann (frère de Thomas Mann), Lion Feuchtwanger, Walter Benjamin, Alfred Doblin, Franz Werfel avec sa femme Alma Mahler-Werfel, Friedrich Torberg , Alfred Polgar, Anna Seghers, les compositeurs populaires Robert Stolz et Hermann Leopoldi. En outre, de nombreuses personnalités moins connues, telles que Karl Hans Sailer, rédacteur en chef de l' Arbeiter-Zeitung, et Ernst Lachs, avocat à la mairie de Vienne.

En bateau à New York

Leurs familles se sont échappées de Lisbonne pour New York sur le dernier navire, Nea Hellas, en 1940. Les fils Tommy Salmon et John Sailer sont revenus, l'un devenant économiste social-démocrate et directeur de la Banque nationale, l'autre galeriste d'art contemporain.

Herbert Lackner les a interviewé tous les deux, bébés à l'époque. Pour l'énormité des événements à cette époque seulement deux citations.

Sailer: "Ma famille s'est rendue à Paris avec des centaines d'autres, de là sur la route des réfugiés à destination de Montauban et de Marseille, et enfin via Lisbonne aux Etats-Unis."

Lachs: "Mon père n'a pas réussi à sauver ses parents. Mon grand-père est mort à Theresienstadt et ma grand-mère a été tuée à Auschwitz."

"Le Trail des réfugiés". Ce que retrace Lackner est à peine compréhensible. L'évasion escarpée sur les artères encombrées de Paris - ou des camps d'internement français - au sud, souvent sous les raids aériens allemands, la lutte pour les « papiers » - entrée, départ, résidence - mais surtout la peur existentielle agonisante: les colonnes allemandes nous attraperont-elles? Les autorités françaises seront-elles utiles, indifférentes, hostiles (ou tout cela en même temps)? Combien d’Espagnols et de Portugais fascistes travaillent avec les Allemands?

Absurdité, solidarité, aide

Entre absurde: Dans la ville française de Sanary-sur-Mer sur la Côte d'Azur, il y avait pendant une certaine période une "Enclave des étoiles" (Lackner). Des célébrités telles que le couple Werfel vivaient dans cette colonie d'artistes jusqu'à ce qu'on leur dise qu'elles étaient parties, à peine parties, à pied à travers les Pyrénées. Comment Werfel malade du cœur, sa femme chétive Alma ou le vieillard Heinrich Mann ont survécu, est un mystère.

Il y avait de la solidarité, mais aussi de la camaraderie parmi les camarades du destin: « Je vis actuellement dans une clique communiste juive, à laquelle je n'appartiens pas », écrivait à deux reprises les juifs antisémites catholiques Alma Mahler-Werfel dans son journal. Et Alfred Polgar a noté: "Cette variété de compagnons d'infortune n'est pas un réconfort pour moi, j'étais si réticent dans le troupeau."

Sans l'aide de l'extérieur, rien ne serait parti. Aux États-Unis, un comité de secours formé, son envoyé Varian Fry, lesté de dollars, fournit les passeports et les papiers nécessaires. Pour beaucoup, pas pour tout le monde... Ce ne sera plus comme cela en Europe, mais en Russie, par exemple, un directeur célèbre vient d'être arrêté, en Turquie il y a des arrestations massives parmi les élites et de Hongrie un exode de l'intelligentsia a déjà commencé. (Hans Rauscher, 9.9.2017).

Autre article, celui de Robert Preis du 1er octobre 2017 dans « Kleine Zeitung ».

... Aussi le destin de Robert Stolz, natif de Graz est décrit ici. Il a 59 ans quand, en 1939, il se retrouve dans le stade de football du quartier industriel de Colombes à Paris, où le gouvernement français accueille 2 000 réfugiés autrichiens. Stolz n'avait pas à quitter l'Autriche, il n'était pas Juif, il avait même été courtisé par Joseph Goebbels, et à l'époque il était l'un des compositeurs les plus célèbres du monde. Tout le monde a chanté "Blonde ou brune - j'aime toutes les femmes". Et pourtant Stolz voulait partir, car il avait déjà fait passer clandestinement des amis juifs de l'Allemagne nazie à Vienne depuis 1933, et plus tard également hors d'Autriche.

A Paris, il fait la connaissance de sa (future) cinquième femme, "Einzi". La situation dans le centre de détention est terrible, les maladies se propagent, les couvertures sont rares. Au dernier moment, Einzi Stolz obtint en 1939 un visa pour les Etats-Unis. Nous sautons à Montauban / Sud de la France, où en 1940 la famille Graz Kurzweil s'est réfugiée. 16 000 réfugiés s'accrochent à toutes les rumeurs de ce sanctuaire. Montauban, une petite ville qui était une forteresse huguenote dès le 17ème siècle et qui a offert un espace calviniste à l'époque de la Révolution française, "un lieu où la résistance était une tradition", écrit Lackner. Bruno Kurzweil, qui avait été avocat en Styrie, avait quitté Graz en 1938 après avoir été expulsé de la cour et sa fille de 13 ans n'était plus autorisée à aller à l'école. Après l'invasion des Allemands à Paris, Kurzweil s'enfuit à Montauban.
Mais tandis que beaucoup ont fui tout de suite, la famille a raté le bon moment. En août 1942, les Kurzweil furent déportés avec 170 autres Juifs à Auschwitz.
..

horizontal rule

Youtube

Ob Blond, Ob braun (Ich liebe alle Frauen)

 

83 ans après sa composition par Robert Stolz, cet air créé par le ténor polonais Jan Kiepura, en 1935, dans le film « Ich liebe alle Frauen » reste très populaire en Pologne, auprès de la jeune génération de chanteurs, comme du public.

En 2013, Piotr Beczala avait enregistré cet air pour son album « Mein ganzes Herz ». Une version polonaise de cet album est sortie en Pologne sous le titre « Twoim Jest Serce Me  » avec donc « Brunetki, blondynki, ja wszystkie dziewczynki ». (DGG 00289 479 1301).

 

 

Ich möcht' einmal wieder verliebt sein (Mädi)

Jerry Hadley, ténor,

Orchestre de la radio de Munich,

Direction: Richard Bonynge (1995)

horizontal rule

Pour davantage d'informations, contactez :

Société Internationale Robert STOLZ
19, rue de Ville d'Avray F-92310 SEVRES
Tél : 33.(0)1.46.23.16.20
Internet :
robert.stolz@free.fr

horizontal rule

Remonter Mai 2018 Mars 2018 Février 2018 Décembre 2017 Octobre 2017 Septembre 2017 Juillet 2017 Mai 2017 Mars 2017 Février 2017 Janvier 2017 Novembre 2016 Septembre 2016 Août 2016 Mai 2016 Avril 2016 Mars 2016 Février 2016 Janvier 2016 Décembre 2015 Octobre 2015 Août 2015 Juin 2015 Mai 2015 Avril 2015 Mars 2015 Janvier 2015 Décembre 2014 Novembre 2014 Octobre 2014 Septembre 2014 Août 2014 Juillet 2014 Juin 2014 Mai 2014 Avril 2014 Mars 2014 Février 2014 Janvier 2014 Décembre 2013 Octobre 2013 Septembre 2013 Août 2013 Novembre 2000 Automne 1999